La Domination Féminine

Thalie, Euterpe et Sekhmet se retrouvent pour une soirée entre filles. Le but de cette soirée est simple : éradiquer l’homme de la terre.
Trois personnages aux origines mythiques dans une quête de domination mondiale prête à tout pour assouvir leur faim quitte à faire de l’homme le plat principal de leur soirée.

img_8533bd
Crédits : Marlène Goulard

La Domination Féminine traite, sous les traits de l’absurde, de la lutte sans fin entre l’homme et la femme avec pour vocation de diffuser un message humaniste dans un sens global et amener l’être humain à une bienveillance mutuelle. Une œuvre dans une écriture contemporaine qui ne s’attache pas à un genre précis. Particulièrement influencé par Ionesco, l’absurde y tient une place importante mais on peut également retrouver des touches poétiques, trashs, comiques, plus ou moins subtiles, et énormément de références diverses du théâtre, du cinéma ou de la musique.

Découvrez un spectacle qui ne ménage pas le spectateur – surtout le masculin – et qui surprendra tout le public car sous ses aspects poético-trashs se cache un message de tolérance, de joie et d’optimisme.

Texte et mise en scène : Alexandre Schuers.

Découvrez la dernière création de la compagnie Des Oh ! et des Bah ! au :

Centre Paris Anim’ La Jonquière
88, rue de la Jonquière
75017 Paris

Du mercredi 13 au samedi 16 mars 2019
à 20h

Avec : Noëllie AillaudMarie BeharCharlène Lauer

Chorégraphies : Jennifer Khermache

Infos et réservations : https://www.helloasso.com/associations/des-oh-et-des-bah/evenements/la-domination-feminine

Découvrez le teaser du spectacle :

Photo : Marlène Goulard / Conception graphique : Almécinda

Extrait

Thalie – Le premier me semble propice à une balade nocturne : entre les draps je me promène, je me démène et j’amène mes rêves aux firmaments. J’erre entre deux coussins, où j’étouffe. Mais je vis et survis, combattant les héros noirs de mes cauchemars avec le blanc pur et étincelant de mon habit. Vers les étoiles. Et un pas de plus vers mon bonheur. Le deuxième, bien plus discret : je me faufile, je me défile, tout devient plus facile. Oh oui. Mais lequel j’enfile. Le choix est difficile, certes, oui, je suis face à un fâcheux dilemme. Faites, de grâce, que je sache quoi porter. Désir ou tentation ? Assez de subir l’hésitation !

Le haut du premier et le bas du deuxième. Ça, c’est possiblement une solution. Un rendu plutôt loufoque, n’est-il pas ? Et un pas de plus vers la fraîcheur. A moins que le bas du premier et le haut du deuxième soient plus tendance ? Certes, cela peut donner un goût précieux pour le sommeil. Hé ! Un mauvais mélange tend plutôt vers le somnambulisme.

Quoique, je ne me suis jamais essayée au noctambulisme. Tentons ! Cessons d’hésiter, essayons ! Somnoctambulons !

Publicités